Joan Mari Torrealdai-Nabea (Forua, Biscaye, Pays basque, 1942), sociologue, écrivain et loyaliste de la langue basque, va se voir décerner le prix Manuel Lekuona 2015 par la Société d’études basques (Eusko Ikaskuntza). Selon les termes du jury réuni, son travail d’une importance considérable a commencé dans les années les plus difficiles et s’est poursuivi au fil des ans pour promouvoir la langue et la culture basques ; il est à ce titre « exemplaire », une « référence » de la société. Le jury a également rendu hommage à la production culturelle de cet écrivain originaire de Biscaye et a souligné le fait que sa carrière professionnelle coïncide avec la philosophie sur laquelle est basé le prix : « L’ambition de Manuel Lekuona n’était pas seulement de faire de la recherche sur la langue et la culture basques ; il voulait les faire survivre, en d’autres mots, leur donner la place qu’elles méritent dans la société, et Torrealdai coïncide avec cette approche. »

Joan Mari Torrealdai est le Président de la Fondation PuntuEUS. Il a été éditeur des journaux « Jakin » et « Anaitasuna » et membre du Comité de Rédaction du journal « Euskadunon Egunkaria » depuis sa création en 1990. Il a travaillé comme essayiste et journaliste. Après son essai « Iraultzaz » (Sur la Révolution) (1073), il a publié des travaux de recherche sociologique sur des écrivains en basque : « Euskal idazleak gaur » (Écrivains basques aujourd’hui).

Après 1993 il a compilé un catalogue de livres basques du 20ème siècle. En 1997 il a publié un grand travail de recherche sociologique sur la situation de la culture en langue basque : « Euskal kultura gaur » (Culture basque aujourd’hui).

En 1998 il a publié « El libro negro del euskera » (Le livre noir du basque) pour répondre aux attaques subies par la langue basque au fil des siècles. Cette même année, une biographie écrite par lui a été publiée : « Martin Ugalde. Andoaindik Hondarribira Caracasetik barrena” (Martin Ugalde, d’Andoian à Fontarrabie en passant par Caracas). Après avoir écrit « La censura de Franco y los escritores vascos del 98 » (La censure de Franco et les écrivains basques de la génération de 98), il a remporté le Prix de la ville d’Irun dans la catégorie essais pour son travail « La censura de Franco y el tema vasco » (La censure de Franco et le sujet basque) (1999).

En 2007 il a été nommé membre à part entière de l’Académie royale de la langue basque puis a remplacé en 2011 José Antonio Arana-Martija (prix Manuel Lekuona 2010) à la tête de la bibliothèque Azkue de l’Académie.

Il a reçu en 2010 le Prix Lauaxeta décerné par le Conseil provincial de Biscaye pour son travail d’exploration et de promotion de la langue basque.